Sunday, 3 January 2010

nue,je fonce dans l'immensite lourde de la nuit
j'ecarte une a une mes pensees sombres
je vide jusqu'a sa derniere goutte
mon encrier noir.
la maree basse etait dangereuse,
ainsi,je cours a l'encontre de vagues glorieuses,
je baigne mon ame et mon corps dans l'eau vive
je balaies toutes les toiles d'araignees,
immondices des rivages arides.
paisible et libre,j'offre a l'aube nouvelle
le mystere des l'endemains.

1 comment: